Pourquoi éliminer les silicones dans les cosmétiques ?

Les silicones dans les cosmétiques sont largement discutés. Sont-ils vraiment dangereux pour la santé ? Sont-ils nocifs pour l’environnement ? On vous décrypte tout dans cet article !

A quoi servent les silicones dans les cosmétiques ?

Les silicones sont des composants de synthèse, dérivés du pétrole. Ils sont utilisés pour les effets sensoriels WAOUH qu’ils permettent d’obtenir dans les produits cosmétiques. Oui, les silicones c’est un peu l’élément “magique” dans nos cosmétiques. 

  • Ils rendent les produits hyper onctueux, avec une texture très lisse (comme dans les fonds de teint par exemple). Vous voyez ce côté très agréable au toucher et à l’application ? 
  • Ils permettent aussi les effets “doux et soyeux” que l’on sent sur nos cheveux ou sur notre peau après s’être lavés. On les trouve dans les shampoings, les gels douche, les crèmes hydratantes, les fonds de teint… 

Bref, c’est clairement ce qui sert à faire la star en mode cheveux dans le vent 😉

En quoi les silicones sont-ils mauvais ?

Sur le plan physique

Les silicones ne sont pas des éléments dangeureux pour la peau ou pour nous en soi. En fait, ils agissent comme un protecteur en venant créer une couche fine sur la peau ou sur les cheveux. Le problème donc, c’est que les pores et les cheveux ne peuvent plus “respirer” correctement. Le corps produit donc plus de sébum, vous devez vous laver de plus en plus les cheveux, donc vous vous bouchez encore + les pores et vous voyez le schéma 😉 Ça c’est pour les cheveux, mais pour la peau ça se solde par l’apparition de boutons. 

Plus les silicones sont présents et épais, plus la couche sera épaisse et occlusive. Il arrive même que l’on n’arrive pas à les enlever totalement lors du démaquillage par exemple. Cela devient un problème parce que la couche bloquante ne disparaît jamais et la peau ne respire plus. 

De notre côté, dans nos produits d’hygiène, il n’y a pas de silicones.

Certains silicones sont suspectés d’être cancérigènes et/ou d’être des perturbateurs endocriniens. Pour le moment, il n’y a pas d’études assez poussées pour le prouver. Affaire à suivre 😉

Sur le plan écologique

Si sur le plan physique les silicones ne sont pas si agressifs que ça (comparé à d’autres ingrédients), sur le plan écologique c’est plutôt une catastrophe. Déjà les silicones n’ont rien de naturel. Ce sont des produits qui subissent énormément de modifications et de procédés chimiques et souvent issus de la pétro-chimie. La plupart des silicones ne sont pas biodégradables et peuvent mettre jusqu’à 500 ans pour se dégrader dans l’eau. Le problème se trouve aussi dans la quantité déversée. Comme on retrouve des silicones dans beaucoup de nos gels douche et shampoings, la quantité accumulée et déversée dans nos mers est énorme. Et comme ils mettent 500 ans avant de disparaître, vous vous doutez bien que la présence est énorme et est ingérée par les êtres vivants aquatiques. Malheureusement, ce sont des produits toxiques donc très mauvais pour les êtres qui les absorbent.

Comment reconnaître les silicones dans les cosmétiques ?

Les silicones sont assez faciles à reconnaître. Les noms des silicones dans votre liste d’ingrédients finissent en -one, en -ane, en -xane ou en -thicone comme le  cyclopentasiloxane ou le cyclomethicone par exemple.

Pour vous aider facilement, les produits bio et labellisés ont l’interdiction de mettre des silicones dans leurs produits cosmétiques. Facile pour repérer d’un coup d’œil les produits qui en contiennent ou non.

Comment supprimer les silicones ?

Déjà, fiez-vous aux labels. Les labels type Cosmos ou Slow Cosmétique interdisent l’utilisation des silicones dans les cosmétiques. Ils sont généralement remplacés par des huiles végétales dans les produits labellisés ou ceux faits-maison.

👉 Lire aussi : Décrypter les labels écologiques
Comment bien choisir son déodorant ?
Comment choisir un gel douche écologique ?

Et voilà, vous savez pourquoi il vaut mieux éliminer les silicones dans les cosmétiques. On est à votre écoute à l’adresse hello@another-way.com ou sur tous nos réseaux sociaux !

Partager :

Je complète ma démarche zéro déchet