Écologie numérique : Quelques idées pour y arriver

Il est parfois difficile de savoir si le numérique est plus écologique que le papier par exemple. En plus, dans un monde où nous sommes sans cesse connectés, il peut paraître difficile de savoir comment agir pour respecter nos envies d’écologie tout en étant connectés au numérique. Heureusement écologie et numérique peuvent bien être compatibles sur certains points ! On vous donne ici quelques astuces pour respecter au mieux l’environnement tout en restant connecté.

1. Faire le tri dans ses mails

C’est une astuce assez connue et tellement importante. On ne s’en rend pas forcément compte mais le stockage des mails consomme énormément d’énergie. A l’échelle d’un petit mail, ce n’est rien mais à l’échelle mondiale, c’est énorme. La dépense énergétique d’un mail gardé pendant 1 an est de 10 grammes de CO2. Vous vous dites peut-être que ce n’est pas énorme ! Sauf qu’en un jour, 281 milliards de mails sont envoyés dans le monde
On vous laisse faire le calcul si tous ces mails sont gardés et stockés… 

Rassurez-vous, on est là pour trouver des solutions 😉 

Commencez par faire le tri dans les mails qui ne vous servent pas et supprimez-les.
Astuce : une fois que vous avez trouvé un expéditeur qui ne vous intéresse plus et dont vous savez que vous avez reçu pas mal de mails, tapez son nom dans la barre de recherche et hop ! Supprimez d’un coup tous les mails de cet expéditeur.
D’ailleurs, on est d’accord, parmi toutes les newsletters auxquelles vous êtes abonné(e), il y en a forcément qui ne vous intéressent pas ou plus. Il y en a peut-être même que vous n’ouvrez jamais.

Chez Anotherway, on fait attention à ne pas trop en envoyer pour éviter le sur-stockage et la lassitude face à beaucoup de mails. Pour se désabonner, vous pouvez soit le faire à la main pour avoir la satisfaction de l’avoir fait (vive vous !). Si vous n’avez pas le temps, il existe des sites tels que Cleanfox ou Clean Email qui vous aident à vous désabonner des listes de diffusion. Nous vous conseillons Cleanfox qui est français et 100% gratuit. Cela se présente sous forme d’application que vous téléchargez et ensuite vous paramétrez tous vos choix comme par exemple le fait de garder ou non une inscription à une newsletter.

2. Utiliser un moteur de recherche écologique

Et oui, Google n’est pas le seul moteur de recherche existant ! Pour vous donner un ordre d’idée, en terme de dépenses de CO2, Google communique sur le fait que 1 000 recherches sur le moteur de recherche correspondent à 1 km en voiture. Si on multiplie par les 6 milliards de recherches faites par jour, ça fait beauuuuucoup de kilomètres par jour (6 millions, soit + de 15 fois la distance Terre – Lune ) 😉 

Alors, aujourd’hui Google a trouvé des alternatives telles que compenser 100% de leur consommation électrique en achetant l’équivalent en énergie renouvelable. L’objectif d’ici 2030 est de fonctionner à 100% à l’énergie propre dans toutes les régions. Affaire à suivre… 

Aujourd’hui, il existe des alternatives plus vertes que Google. Elles utilisent les serveurs de Google, Bing ou Yahoo et grâce aux fonds générés par les entreprises pour faire de la publicité sur leur moteur, elles peuvent rémunérer des causes justes. Chaque clic sur une “annonce” (= une publicité) génère donc de l’argent et permet à ces moteurs de vivre et d’injecter de l’argent dans l’environnement ou projets sociaux. Parmi ces moteurs, vous retrouverez Ecosia, Lilo et Ecogine.

Exemples de moteurs : 

Le principe d’Ecosia est de reforester des parties du monde grâce aux recherches des utilisateurs. Au bout d’environ 45 recherches, vous contribuez à la plantation d’un arbre. Ecosia est très transparent sur où va l’argent généré. Et en installant ses propres panneaux solaires, l’entreprise a même un bilan carbone négatif. 

Le principe de Lilo est de vous donner des “gouttes” à chaque recherche. Ces gouttes se transforment ensuite en euros que vous choisissez de donner à un projet partenaire de Lilo. Vous pouvez soutenir par exemple la SPA, Médecins du Monde, WWF mais également des plus petits projets. Si vous êtes sensibles au Made In France, Lilo a été créé par des Français 😉 

Enfin, Ecogine est une association française qui reverse la totalité de ses revenus à des associations environnementales. Il n’y a pas de système de nombre de recherches, c’est simplement la totalité des revenus qui sont reversés.

Vous verrez, le changement se fait très bien et très facilement 🙂

3. Acheter des produits reconditionnés

Déjà, le reconditionné, c’est quoi ? Les produits reconditionnés sont en fait des produits qui ont été recyclés et rassemblés pour être remis en état. Ce travail de récolte et de remplacement de pièces est fait par des professionnels ou par vous si vous vous sentez l’âme d’un informaticien/bricoleur 😉

La fabrication des produits numériques est très gourmande en énergie et l’extraction des ressources nécessaires à la fabrication d’un produit numérique est discutable. Malheureusement, c’est souvent fait dans des pays où les conditions de travail ne sont pas très bonnes. L’impact environnemental de la fabrication d’un produit représente entre 60 et 65% de son impact global, sur toute sa durée de vie. C’est énorme quand on compare à la durée de vie d’un appareil. Le fait d’acheter en reconditionné permet donc de réduire considérablement l’empreinte carbone de votre appareil. 

Si vous souhaitez réellement acheter du neuf car ça fait 10 ans que vous avez le même ordinateur et qu’il commence à être légèrement dépassé, tournez-vous vers des produits économes en énergie et durables. Pour les reconnaître, vous pouvez vous fier aux labels : Ecolabel Européen, EPEAT, Ecolabel Nordique, l’Ange Bleu ou TCO. Ces labels certifient tous que votre produit est économe, réparable, durable, résistant aux chocs et qu’il y a une limitation ou une absence des substances toxiques et dangereuses pour la santé.

La France a également instauré l’apposition d’un indice de réparabilité sur les produits technologiques. Cet indice peut lui aussi vous aider dans votre choix d’achat. 

Pour ce qui est des achats de produits reconditionnés, vous trouverez de très belles offres sur Back Market.

4. Recycler ou faire réparer ses appareils

Puisqu’on parle de reconditionnement, autant rester dans le thème 😉 

Votre smartphone regorge de pièces précieuses pour, entre autres, en réparer d’autres. Il vaut donc mieux le recycler pour en faire profiter d’autres ! Il existe pas mal de points de tri en France aujourd’hui, qu’ils soient dans des grandes enseignes comme Darty ou dans des petits points de collecte. 

Vous trouverez une carte intéractive juste ici pour vous aider à trouver le point de collecte le plus proche de chez vous 🙂 C’est valable pour les smartphones mais également pour tous les produits technologiques et électroménagers.

Avant de vouloir changer de produits, vous pouvez également vous demander s’il n’est pas réparable. Par exemple, Gaëlle, notre concocteuse adorée de produits chez Anotherway, a fait tomber son téléphone et l’écran est sorti de moitié. On voyait carrément l’intérieur de son téléphone ! A l’approche de Noël, elle s’est dit, bon je m’en rachète un. Mais avant de passer le pas, elle a demandé à un ami de regarder, et il a réussi à totalement réparer le couac. Elle a donc fait des économies et la planète lui dit MERCI. Si vous n’avez pas d’amis forts en informatique, pas de panique, il existe de nombreux points pour faire réparer ses smartphones ou objets numériques. Vous trouverez des points chez Darty, à la Fnac, dans des petites boutiques spécialisées dans la réparation d’objets numériques ou si vous vous sentez, vous pouvez commander un kit et le réparer vous-même. Cela restera quand même moins cher que d’en acheter un nouveau (même un reconditionné) 😉

5. Gestes en vrac

Pour réduire votre empreinte carbone lors de l’utilisation de vos produits numériques, vous pouvez : 

  • Réduire au maximum la qualité des vidéos regardées ou couper la vidéo et ne mettre que le son si vous ne regardez pas. Le visionnage en ligne d’une vidéo de 10 minutes en HD sur un smartphone équivaut à utiliser un four à pleine puissance de 2000W pendant 5 minutes;
  • Favoriser le téléchargement de vidéos plutôt que le streaming;
  • Éteindre sa box la nuit ou quand vous êtes absents;
  • Activer le mode sombre, le mode économie d’énergie et le mode avion quand cela est possible. Cela réduira le téléchargement de données et sera moins énergivore;
  • Supprimer les logiciels ou applications inutiles ou dont vous ne vous servez plus;
  • Fermer les onglets inactifs. On vous voit avec vos 37 onglets ouverts 😉 ;
  • Réduire votre temps sur les écrans;
  • Alléger votre cloud pour libérer de l’espace sur les serveurs;
  • Alléger également les photos mises en ligne ou envoyées par mail.

Beaucoup de petits tips qui peuvent faire la différence si on est 7 milliards à les faire. Tiens, ça vous dit quelque chose ça ? 😉

N’hésitez pas à nous partager vos victoires et vos astuces pour réduire votre empreinte carbone dans le numérique. On vous attend sur le sujet de l’écologie numérique à l’adresse hello@another-way.com ou sur tous nos réseaux sociaux !

Partager :

Vous aimerez peut-être aussi…