Comment choisir un bouquet de fleurs écologique ?

Ah les fleurs, les abeilles, les champs… On adore ça. Mais malheureusement il y a une certaine réalité autour des fleurs, qui cache des histoires un peu plus tristes. Les fleurs sont rarement locales ou parfois, elles sont cultivées en serre, ce qui a ses limites énergétiques et écologiques.
Alors comment choisir un bouquet de fleurs écologique et éthique ? On vous dit tout !

1/ Choisissez des fleurs locales

1er souci :

La plupart des fleurs sont importées et viennent bien souvent de trèèèèès loin. Par exemple, le Kenya assure + d’un tiers de la production mondiale de roses. Les Pays-Bas assurent eux aussi une grande partie de la production de roses. Elle est généralement faite sous serre ou importée lorsque la demande est trop élevée. Les autres pays les plus producteurs de fleurs sont le Costa Rica, l’Éthiopie, la Colombie et l’Équateur. Ces pays-là réunissent des conditions idylliques pour la pousse des fleurs avec beaucoup de soleil tout en ayant un taux d’humidité idéal. 

Ces fleurs sont ensuite acheminées vers la France (et les autres pays d’Europe d’ailleurs) en avion. 95% des fleurs importées en Europe viennent en avion.
Inutile de vous faire un dessin, vous comprenez bien l’impact carbone énorme de votre simple petit bouquet. 

2ème souci :

Le second souci est que la culture de fleurs est très gourmande en eau. Dans certains endroits, les producteurs, pour pouvoir répondre à la grande demande, assèchent et polluent les lacs et approvisionnements en eau. Malheureusement, des tensions se créent entre les producteurs et la population qui, parfois, souffre du manque d’eau potable.

3ème souci :

Le troisième problème est l’utilisation des pesticides. Étant donné que les fleurs ne sont pas destinées à un usage alimentaire, les pesticides sont fortement utilisés pour leur culture, sûrement trop d’ailleurs. De plus, même si en Europe, les pesticides les + polluants et les + dangereux pour la vie animale et humaine ont été interdits, ce n’est pas le cas dans les pays les plus producteurs de fleurs. Dans certains pays, on retrouve donc des pesticides hyper dangereux qui peuvent avoir des conséquences extrêmement néfastes sur les travailleurs et sur l’environnement.
Une chercheuse belge (Khaoula Toumi) a fait des recherches et analyses pendant 4 ans sur les fleurs les plus vendues en Belgique (roses, gerberas et chrysanthèmes) et sur un échantillon d’une trentaine de fleuristes belges. Le résultat ? 107 et 111 résidus de pesticides ont respectivement été trouvés sur les bouquets et sur les mains des fleuristes et 70 résidus ont été trouvés dans leurs urines. Totalement FOU ! Il est donc possible qu’en ayant des bouquets chez nous, on soit aussi exposé aux pesticides.
Les conséquences de la forte utilisation de pesticides ? Elles sont multiples : 

1/ Certains pesticides utilisés (comme les néonicotinoïdes ) contribuent à la disparition d’espèces protégées comme les abeilles.

2/ Les pesticides polluent les sols, les nappes phréatiques et in fine, polluent nos eaux.

3/ Ils sont dangereux pour l’Homme et pour les animaux en déclenchant des allergies, maux de tête, problèmes de vue… Et ils sont dangereux pour les producteurs de fleurs mais aussi pour les fleuristes qui sont exposés fortement à ces produits sans en être informés. En effet, ils ne savent pas à quel point c’est dangereux ni même quels produits sont utilisés et donc ils ne se protègent pas forcément (porter des gants par exemple). 

Il est donc très important de se renseigner sur la provenance des fleurs et de prendre des fleurs locales (pour éviter les pesticides les + dangereux, interdits chez nous).
Vous pouvez également vous fier au label “Fleur de France” qui certifie au consommateur que les fleurs, plantes, arbustes, arbres ou bulbes ont été produits sur le territoire national.

choisir un bouquet de fleurs écologique

2/ Choisissez des fleurs de saison

Et oui, tout comme les fruits et légumes, les fleurs ont une saisonnalité et il faut accepter qu’on ne peut pas avoir de belles hortensias par exemple en plein hiver. Il est important de respecter cette saisonnalité pour consommer plus en conscience et mieux. Il faut aussi accepter qu’il y ait moins de fleurs en hiver à cause de nos fraîches températures. D’ailleurs, les cultures les plus actives en hiver en France sont dans le Var. On vous a toujours dit que le sud c’était la vie 😉 

Les fleurs d’été trouvées en hiver sont soit cultivées dans d’autres pays (on parle des effets néfastes + haut), soit cultivées dans des serres. Le problème avec les serres, c’est qu’en hiver et pour répondre à la forte demande de fleurs, les serres sont actives, allumées et chauffées 24h/24. La culture sous serre nécessite jusqu’à 10 fois plus d’énergie qu’une culture en plein air. En plus, une fois les fleurs coupées, elles sont très fragiles et donc il faut les garder dans des réfrigérateurs pour bien les conserver (encore de l’énergie dépensée…). Si vous choisissez des fleurs de saison, la culture est certainement faite en plein air. 

Pour vous aider, voici quelques fleurs à trouver selon les saisons :

  • En été, retrouvez le delphinium, l’hortensia et l’achillée.
  • En automne, retrouvez le chrysanthème, le dahlia et les graminées.
  • Les fleurs préférées en hiver sont l’anémone, le renoncule et le mimosa.
  • Et au printemps, retrouvez la pivoine, la tulipe et la fleur de pavot.

(source : Bergamotte)

3/ Offrez des fleurs en conscience

Ce qu’on entend par offrir en conscience, c’est offrir des fleurs aux personnes qui sont vraiment intéressées par ça et qui vont être touchées par ce geste. Par exemple, chez Anotherway, on a Marie qui n’a tellement pas la main verte qu’elle fait faner les fleurs rien qu’en les regardant (bien que ce soit un vrai rayon de soleil). On connait tous quelqu’un comme Marie, c’est d’ailleurs peut-être vous 😉 Mais il n’y a rien de grave ! Vous avez essayé, ce n’est pas compatible, c’est pas grave. Il existe des plantes qu’on doit arroser une fois par an, optez plutôt pour ça. Offrez donc des fleurs à des personnes qui vont vraiment s’en occuper et leur donner tout l’amour qu’il faut. Un bouquet ça s’entretient sinon ça fane très rapidement, alors qu’en réalité, il peut tenir des semaines entières. Pensez également à demander à votre fleuriste les conditions de conservation : combien de fois changer l’eau, soleil ou pas de soleil du tout, quand couper les tiges… 

Aussi, évitez d’acheter ou d’offrir des fleurs si vous ou la personne part en vacances le lendemain. Vous ne pourrez pas en profiter et vous aurez acheté quelque chose “pour rien”.

Vous pouvez vous fier au label AB, le label bio qui peut aussi être mis sur les fleurs. Vous le retrouverez essentiellement sur les plantes aromatiques. 

On <3 fort Monsieur Marguerite qui propose des fleurs françaises, respectueuses de l’environnement et de l’humain.

Voilà, vous avez maintenant quelques idées et arguments pour choisir un bouquet de fleurs écologique. Vous pouvez aussi opter pour des bouquets de fleurs séchées ! Envoyez-nous vos plus beaux bouquets sur hello@another-way.com ou sur nos réseaux sociaux. On a hâte !

Partager :

Je complète ma démarche zéro déchet