Peut-on manger des aliments périmés ?

Chaque année en France, on gaspille 10 millions de tonnes de nourriture consommable. C’est l’équivalent de 150 kg/hab./an, ce qui comprend nos ordures ménagères, nos déchets quand on va au restaurant, ce qu’on jette comme nourriture au travail, en déplacement, etc. 
Rien que les ordures ménagères, c’est l’équivalent 20 kg/hab./an de déchets alimentaires, dont 7 kg de produits alimentaires encore emballés. C’est énorme. On gaspille tellement ! 

Dans les astuces souvent mentionnées pour limiter ce gaspillage, il y a d’ajuster les quantités achetées au moment des courses (le vrac aide beaucoup pour ça) et aussi d’optimiser la conservation de vos aliments. On en profite pour repartager les 3 meilleures solutions pour optimiser la conservation de vos aliments : 

On peut aussi avoir en tête qu’un aliment périmé ne doit pas systématiquement être jeté. Certains aliments sont encore consommables même si la date affichée sur l’emballage est dépassée.

Comment savoir si l’on peut encore manger un aliment périmé ? Est-ce dangereux de consommer un aliment périmé ? Quels sont les aliments concernés ? 

On vous partage quelques astuces.

DATE DE PÉREMPTION

Tous les produits alimentaires vendus en supermarchés ont une date de péremption sur leur emballage : c’est comme ça, c’est la loi, personne n’y déroge (enfin on précise bien que c’est en supermarché : pas sur la petite étale de votre marchand préféré le dimanche matin). Après la date indiqué, certains aliments vont se détériorer, leur qualité va être altérer, le goût se transformer, voire même certains pourront développer des micro-organismes ou des bactéries (de la moisissures ou pire) et là, il y a un risque pour la santé (de l’intoxication alimentaire, à plus grave). 

Donc évidemment, il est important d’avoir un oeil sur cette date de péremption.

Flash : on en profite pour vous glisser que quand c’est possible, essayez d’acheter des produits avec des dates de péremption proche (souvent ces produits sont en promotion et quoi qu’il en soit, ils seront contents de trouver un preneur et de ne pas finir à la benne… et la planète aussi par la même occasion 😉 ).

En revanche, tous les produits ne réagissent pas de la même manière face et ils ne fonctionnent pas tous de la même manière avec la date de péremption.
Pour ne pas vous mettre en danger niveau santé, et pour pouvoir tout de même limiter le gaspillage, le mieux c’est de bien décrypter cette date de péremption.

DLC / DLUO

Avant tout, il faut avoir en tête qu’il existe différents types de date de péremption sur les emballages alimentaires. 

La DLC (date limite de consommation) est précédée de la mention “à consommer jusqu’au”. C’est plutôt clair, les produits doivent être mangés avant cette date, sinon, il peut y avoir risque pour la santé. Vous retrouverez cette date surtout sur les produits frais, qui périssent rapidement et doivent se consommer rapidement après ouverture. 

La DLUO (date limite d’utilisation optimale) est précédée de la mention “à consommer de préférence avant”. Pour ces produits, vous pouvez dépasser la date (de quelques jours à quelques mois en fonction du produit) sans vous mettre en danger. Simplement, il y aura peut-être une évolution au niveau du goût et de la texture. C’est pour ça que la date existe : au delà de la date, les qualités gustatives et même nutritionnelles ne peuvent plus être garanties.

PEUT-ON MANGER DES ALIMENTS PÉRIMÉS ?

Du coup, oui 😉 Mais pas tous. Un peu plus en détails : 

  1. Certains aliments ne périment jamais (même si une date est affichée dessus):
    • sel
    • miel
    • vinaigre
    • sucre
  2. Certains aliment peuvent se conserver des années après la date de péremption :
    • pâtes
    • riz
    • céréales
    • épices en tout genre
    • les produits vendus en brique (soupe) ou en conserve
    • les aliments en poudre (soupe, purée…)
    • le chocolat
  3. Certains aliments se conservent quelques temps après la date de péremption :
    • Les produits laitiers non entamés : jusqu’à 2-3 semaines pour les fromages, jusqu’à 2 mois pour le lait, 3 mois pour les yaourts 
    • La charcuterie : jusqu’à 2 semaines après la date limite. idem pour les lardons périmés, vous pouvez prolonger de quelques jours.
    • Les oeufs : jusqu’à 4 semaines après la date limite. Faites “le test de l’oeuf” pour vous assurer de la fraîcheur de votre oeuf. Dans un contenant rempli d’eau, type gros verre, déposez votre oeuf : s’il flotte, il n’est plus consommable, s’il reste au fond du verre, vous pouvez le manger sans souci.
    • Les surgelés : 6 à 12 mois après la date de péremption
    •  

Après, c’est aussi du bon sens. Fiez-vous à vos sens justement. Si des traces de moisissures ou d’altération se présentent, évidemment, ne consommez pas le produit. Touchez, sentez, goûtez… le corps ne trompe pas en général. Et pour le coup, “quand il y a un doute, y a pas de doute” : si la date est dépassée et que l’odeur vous fait douter, n’y allez pas. 

Encore une fois, il s’agit de votre santé. Faites particulièrement attention avec tout ce qui est viande et poisson crus.
Pour les lardons périmés par exemple : si la boîte n’est pas gonflée, que les lardons ont toujours une belle couleur rosée, que ça sent bon… c’est parti ! 

Maintenant que vous êtes plus à l’aise sur ce que vous pouvez consommer après date de péremption, retrouvez d’autres alternatives au gaspillage alimentaire.

Partager :

Je complète ma démarche zéro déchet